Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/288

Cette page n’a pas encore été corrigée


baies au pofsible. Vagoigw.)auoir honte; Crirmofl abondante en chcucus. Mot nouueau.

L'Arc, contre qui des plus braves gendarmes
Ne vaut l'armet, le plastron, ni l'escu
D'un si doux trait mon courage a veincu,
Que fus le champ je lui rendi les armes.

Comme apostat je n'ai point fait d'alarmes,
Depuis que serf fous amour j'ai vescu,
Ni n'eusse peu, car, pris, je n'ai onq eu
Pour tout secours, que l'aide de mes larmes.

Il est bien vrai qu'il me fache beaucoup
D'estre defait, mesme du premier coup,
Sans resister plus long tans à la guerre:

Mais ma defaite est digne de grand pris,
Puis que le roi, ains le dieu, qui m'a pris,
Combat le ciel, les Enfers, et la Terre.

M V R E T.

L’arc ranm qui.)ll {e plein: d'auoir f‍i rôr ef‍lé reincu par Amour. En f‍in il fe confole , conf‍iderant. que par Amour il n'ia f‍i grand , qui ne foi: fui-monté. 6mm apoïl'at. Apof‍lats en Grec (on: proprement apeléa genfdarmes, qui laif‍l'ent leur ranc , fauf‍l'ans la foi pro— mife 2l Icur capitaine. €554: le riel,ch enfers , o- la terre.

Au ciel il a vaincu luppiier , au: enfers Pluton , en laA tcrrc les hommes.

Cet oeil besson dont, goulu, je me pais,
Qui fait rocher celui qui s’en aprouche
Ore d’un ris, or d’un regard farouche
Nourrit mon coeur en querelle & en pais.