Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/279

Cette page n’a pas encore été corrigée


Changer ton Loire au sejour de mon Loir,
Voire i fonder ta demeure choisie.

En ma faveur le ciel te guide ici,
Pour te montrer de plus pres le souci
Qui peint au vif de ses couleurs ma face.

Vien, Nymfe, vien, les rochers & les bois
Qui de pitié s'enflament sous ma vois,
De leurs soupirs echauferont ta glace.

MVRET.

l

Sœur Je ‘î’ttrh .)Il ['e reiouït,dcquoi fa dame viët pour demeurer au pais de Vandomois . efperan: parla, plus aifémcn: amollir la rigueur d’icelle. .4. {9j J'ane. A Prinm. .A qui N2 œbm. Voi ce que i'ai dit f‍il: le 80net,

quife commence, D’vnnlmfc’.


L’or crépelu, que d’autant plus j’honore… etc.