Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/273

Cette page n’a pas encore été corrigée


à“ il bel vifàf‍lunlejfnf‍inh ' p; rimauera nlnma valu ilcitlo; V Q uanda 14 pioggia cade,“ 1» tempo 518011 S; [gambm interna il nubilajà velu.

Mon dieu, quel deuil, & quelles larmes saintes,
Et quels soupirs Madame aloit formant,
Et quels sanglots, alors que le tourmant
D'un teint de mort ses graces avoit peintes.

Croisant ses mains a l'estomac estraintes
Fichoit au ciel son regard lentement,
Et triste, apart pleuroit si tristement,
Que les rochers se brisoient de ses plaintes,

Les cieus fermés aus cris de sa douleur,
Changeans de front de grace & de couleur,
Par sympathie en devindrent malades :

Tous renfrognés les astres secoüoient
Leurs rais du chef, telles pitiés noüoient
Dans le crystal de ses moites oeillades.

MV R ET. ’ v

Mon and“; M) L’argument de cc Sonet depand du P‘ecedf‍lm Le, pjaufnme’x. Ancf‍iés. Mot Italien. pnjympatbieyar vne f‍imilimdmat côme côionâion de nnmre,qui ef‍l entre elle a les çieus. Syinpathie cf! vn m0: Grecunai: il ef‍iforce d’en vfcrneuque flou! n’en amont yoint d’æm- V r

Le feu jumeau de Madame brulloit…