Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/255

Cette page n’a pas encore été corrigée


Une distance entre eus se fait, ainsi
Qu'entre deus monts une sente égalée,
En touts endroits de neige devalée,
Sous un hiver doucement adouci.

Là deus rubis haut élevés rougissent,
Dont les raions cest ivoire finissent,
De toutes pars uniment arrondis :

Là tout honneur, là toute grâce abonde :
Et la beauté, si quelqu'une est au monde,
Vole au sejour de ce beau paradis.

M V R E T. . Cuf‍lm hameau. ) ll dc'cfi: la beauté des ten'nl def‍i dame, dnfan: que le fein d'icelle ef‍lvn paradis de beau té,auquel l‘en volennoutes le; autre: beautés qui (bu: au monde. Vont o— mont. Ainf‍i l'Anof‍le, Dupnmacnbe, epm- d‘anoriof‍itm Vengonof‍i un rnmnmh nlprimo marge, i v .Qägndofiatmle aura :I nur tomba“. r edi mm. L’Ariof‍ie mc'l'mcs en vn autre licu, Spatiof‍iu: Ior MI dlf‍i‘t»d€d,qlf‍idlflf‍lf Ef‍lïr nain» f‍in: pircvlini colln' L’amärof‍i 1411i inf‍imf‍lqgian: amant. Cb’tl 7mm Imbln’a dt m'en» 4 llbampimc.


Quelle langueur ce beau front deshonore ?
Quel voile oscur embrunit ce flambeau ?
Quelle palleur despourpre ce sein beau,
Qui per à per combat avec l'Aurore ?

Dieu medecin, si en toi vit encore
L'antique feu du Thessale arbrisseau,
Las ! pren pitié de ce teint damoiseau,
Et son lis palle en oeillets recolore.