Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/250

Cette page n’a pas encore été corrigée


    1. s1##qu’elle luoîtmomméc Herfe,parapres étant meue {en .

uie,le voulut cm pefcbcrfu: Par lui conuertie en picr- t re.Voilç fecond des Metamorfofes. L’hdc.) Qui et! 1c plus gmnd tormen: qui faitHorace, .

lmu'dia Situli non inumm tyraum'

Maf‍ia tarmmmm. l A

Tif‍ipbom,)Vne des Furies. En mnftmrJ.” ver: d‘Archiloch furent caufe,que Lycambc fe pendinll {où hem que ces vels en facent autant a celle ni l‘a of‍i'eng fé. Lycambe auoit promis de bailler fa f‍i le Neobole en mariage au poète Archîlocb : ù apres la lui refufa. L; poete courrouf‍lf‍it de: cannes Iämbiques contre lui,par lel‘quels il le diffama f‍i bien, que le paume Ly— cambe de honte 8: dç regret f‍i: pendit parle col. soin Iämbejon vers lämbique.

{L‘A


En nul endort, comme a chanté Virgile,
La foi n'est seure, & me l'a fait savoir
Ton jeune coeur, mais vieil pour decevoir,
Rompant la sienne infamement fragile.

Tu es vraiment, & site, & malhabile,
D'assubgettir les coeurs à ton pouvoir,
Joüet à vent, flot prompt à s'emouvoir,
Beauté trop belle en ame trop mobile.

Helas, Amour, si tu as quelque fois
Haussé ton vol sous le vent de ma vois,
Jamais mon coeur, de son coeur ne racointes,

Puisse le ciel sur sa langue envoier
Le plus aigu de sa foudre à trois pointes
Pour le paiment de son juste loier.