Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/248

Cette page n’a pas encore été corrigée


ninucîel , 8: les noient changés en "Î af‍lv'rë’de {et étoilesJequel efl encore: auiourd'hui nomméJa per. l de Berenice. Calimach en f‍it vne Elegie , qui 1

tournée en Latin par Camlle,& {è commence, . “1

0mm}; qui magm' drf‍laexief‍iden mardi. l


Je m’asseuroi qu’au changement des cieus,
Cest an nouveau romproit ma destinée,
Et que sa trace en serpant retournée,
Adouciroit mon travail soucieus:

Mais puis qu’il volte en un rond pluvieus
Ses frons lavés d’une humide journée,
Cela me dit qu’au cours de cette année
Je pleuverai ma vie par les yeus.

Las toi qui es de moi la quinte essence,
De qui l’humeur sur la mienne a puissance,
Ou de tes yeus serene mes douleurs,

Ou bien les miens alambique en fontaine,
Pour étoufer le plus vif de ma peine,
Dans le ruisseau, qui naitra de mes pleurs.

V R E T. 1e m'af‍l'moi.)ll dit,qu‘il efizeroir,qu‘au changement de l'année ,(‘on deRin l'e chnn croit auf‍iî , 81 u'ü ne farcir plulf‍i âprement tanné: .Mais volant le emier. iour de Decembre. 8: le premier de Ianuier ellœ plu- uietu , il prend de la vn prefage , qu’il pleuura f: vie par le: cm, c'en à dire, qu'il fe confumera de pleurs, tout le ' del'mnée.A la f‍in il rie fa Dame, ou qu‘el le apail'e e: Pleurs , on qu'elle f‍ini en face une gener, ne le ruif‍l'ean quien limite foi: fuf‍ifan: ponri caou- _er (395555:31:13 ma anwa ne»;