Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/246

Cette page n’a pas encore été corrigée


Mais eelluî qui la menoi; en croppe , donna efÿc.‘ tous au chenal, 8c l’en examen a. mmpcdigAnanr. penfer ef‍i ce que les Grecs dlfenr moyen-rée. {5nd 'nn Cm4ur:.Axnf‍i appelle il cellui,qui menait Calfan-

dre en croppe. Les Po'c'tes faignent, comme i’ay dl: '

deuant , que les Centaures étonencâ demi hommes ,â demi cheuaus.Mais au vrai.ce furent peuples de Thef falie , qui premiers monterent à chenal: 6: le {impie peuple les aperceuant de loin , par derñere , iugeoiz qu'xls étaient mi chenaus , 8c mi hommes, Kwrç'y en Grec,e(t à dlœqsiqucr.


Veuve maison des beaus yeus de Madame,
Qui pres & loin me paissent de douleur,
Je t'acompare à quelque pré sans fleur,
A quelque cors orfelin de son ame.

L'honneur du ciel n'est-ce pas cette flame
Qui donne aus dieus & lumiere & chaleur ?
Ton ornement n'est-ce pas la valeur
De son bel œil, qui tout le monde enflame ?

Soient tes buffets chargés de masse d'or,
Et soient tes flancs empeinturés encor
De mainte histoire en fils d'or enlassée :

Cela, Maison, ne me peut réjouïr,
Sans voir en toi cette Dame, & l'ouïr,
Que j'oi toujours, & voi dans ma pensée.

M V R E . l’ennemi/in.) 1l parle à vnemaifbn , en laquelle fa dame auoit quelque foin coutume de ref‍idex: 84 dit que collage le Soleil efl l'ornement du cielf‍linf‍i l'œil d’il. cellejétoi: l'omemët de la maifon : qui fait u‘elle (ci: abfentëf‍il ne (aurait aucunemeu: pendre Élaif‍ir. ' '