Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/245

Cette page n’a pas encore été corrigée


Si donc le bien d'un esperé bon jour,
Plein de caresse, apres un long sejour,
En cent nectars peut enyvrer mon ame :

Quel paradis m'apporteront les nuis,
Ou se perdra le tout de mes ennuis,
Evanoüi dans le sein de Madame ?

MVRET. A

14mm} AIN‘GBI‘.) 1! fc reioüit ævn fallu Mime lui auoit donné,auec vn gracieux fourni: pieu’oikpu h,combien de ioie lui quarter: le don de ioüiff‍im. ‘

Au cœur d'un val, emaillé tout au rond
De mile fleurs, de loin j'avisai celle,
Dont la beauté dedans mon cœur se cele,
Et les douleurs m'apparoissent au front.

Des bois toffus voiant le lieu profond,
J'armai mon cœur d'asseurance nouvelle,
Pour lui chanter les maus que j'ai pour elle,
Et les tourments que ces beaus yeus me font.

En cent façons, desjà, desjà ma langue
Avantpensoit les mots de sa harangue,
Jà soulageant de mes peines le fais,

Quand un Centaure envieus sur ma vie
L'aiant en crope au galop l'a ravie,
Me laissant seul, & mes cris imparfaits.

MVRET.

.Æmurl‘vn'ml.) deit,que fepromenanrquelquc

fois en vn heu foliaire il aperceut fa dame , 8: "1C0!!-

n'ncnr acouru: vers eue,pourpenfant def‍ia la manier: qu'll dcuoit tçnir àlui dechret la grideur de (a peine.