Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/240

Cette page n’a pas encore été corrigée


Je ne suis point, Muses, acoutumé
Voir vôtre bal, sous la tarde serée:
Je n’ai point beu dedans l’onde sacrée
Fille du pié du cheval emplumé.

De tes beaus rais chastement alumé
Je fu poëte: & si ma vois recrée,
Et si ma lyre aucunement agrée,
Ton oeil en soit, non Parnase, estimé.

Certes le ciel te devoit à la France
Quand le Thuscan, & Sorgue & sa Florence,
Et son Laurier engrava dans les cieus:

Ore trop tard, beauté plus que divine,
Tu vois nostre âge, helas, qui n’est pas digne,
Tant seulement de parler de tes yeus.

Muret

le nef‍iu'epoint.)ll di:,que s'il en poête, ce n‘en point pour auoir veu les Mufen,commç Hef‍iodemc pour a— uoir ben de l'eau d'Hleocrene, aine que cela prom'êc dubclœildefadam ' mhnleferé.Hef‍iodc dit ' que la Muret vont de nuit.

Em'rxtau riz." 'f‍lçluÀËa 3' m1 Zi'uu.

nu: dupie’.Voi cc que i’ai dit en l'expof‍itiô du reu,qui ef‍l tout au commencement du h'uxc. Eef‍iu 'm'e r:- rre’eJ’rim d‘Horacc.

. _ --._L A

.54 mnjburdigieopmmün.» Lèmnf‍ilünljn: __ au jpinp plamjplmo,m q}. A Luiel ne Faciale: dieu: te dcuoiêt faire naître. Qéïl

le Tbuf‍itnæetlarquf‍lüquühkîuim paf‍i'zùt fret dîn— uignon’. Æef‍i Finance. Ville d'lnüebde hqwlle il Égal: Etfn uni-1.5: dame lange, ' ‘