Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/235

Cette page n’a pas encore été corrigée


Amour adonc me mit à son ecolle,
Ayant pour maitre un peu sage penser,
Qui dès le jour me mena commencer
Le chapelet de la danse plus folle.

Depuis cinq ans dedans ce beau verger,
Je vois balant avecque Faux-Danger,
Sous la chanson d'Allegés moi Madame :

Le tabourin se nomme Foi-Plaisir,
La flûte, Erreur, le rebec Vain Désir,
& les cinq pas, la Perte de mon âme.

H n MPVRET. 4 ‘_ H4,Rclacuil.)€e Sonar en tiré du Romât de la - («2,13 ou Bclacueilmeine l‘amant danlle verger A. mour. Parcette f‍iâion on peut entendrcf‍icmm V Amour abul‘c lesf‍iem.


En escrimant un Démon m'élança,
Le mousse fil d'une arme rabatue,
Qui de sa pointe aus autres non pointue,
Iusques à l'os le coude m'offença.

La tout le bras à seigner commença,
Quand par pitié la beauté qui me tuë,
De l'estancher, soigneuse s'esuertuë,
Et de ces dois ma plaie elle pança.

Las, di-ie lors, si tu as quelque enuie
De soulager les plaies de ma vie,
Et lui donner sa premiere vigueur,

Non cette ci, mais de ta pitié sonde
L'âpre tourment d'une autre plus profonde,
Que vergogneus ie cele dans mon coeur.