Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/234

Cette page n’a pas encore été corrigée


Lors tu serois dedans mon coeur lisant,
De quelle foi mon amour est parfaite.

Si tu savois de quelle affection
Je suis captif de ta perfection,
La mort seroit un confort à ma plainte:

Et lors peut estre éprise de pitié,
Tu pousserois sur ma dépouille esteinte,
Quelque soûpir de tardive amitié.

M V R E T. 9,.qu ieu’ai.)ll dit,que veu,qu'i1 ne entre retirei‘

des prifons d'Amour, il voudrai: auoir a poitrine de venepu de cryfhhaf‍in que fa dame peut. voir , quelle

affcâiôn il lui porte:8( que lors ce luiferoi: vn Puis.- ,

uc de mourigcfpcrät d’ef‍lre kgretté par elle. cas.“ Thef‍iz. Thefc‘c par le confcil d'Ariadne., def‍iî: le Mi- notaurc ,8: l'omt du Labirynth‘, aunt receu d'elle m f‍il et pour guider fea pas.Serué iacontc amplcmé: cette fablc,fur le commeqcement du f‍if‍iéme de l’AEneich Catullc la diuinemef‍it au: Mgonanñqœs. Dam les mur: 1c truc. Dm: les erreurs d'amour, qui {ont fembhbles a celle: du Labirinthqui étai: en Crel 'te. yogi-m» mimAinf‍i Bembo. V .. Hue]? io 41mm d’1» bel il un: ch: quzl ch’ia Main; madonna ne» val: D: l'intmw min malfmx'alrraf‍ide, ‘ Afuoi bagne:ch tralucef‍lifm. , _ _

Sur m4 «(quille W.Sgir mon con déf‍i: niait:


 Ha, Bel-accueil, que ta douce parolle
Vint traitrement ma jeunesse offenser,
Quand au premier tu l'amenas dancer,
Dans le verger, l'amoureuse carolle.