Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/230

Cette page n’a pas encore été corrigée


ñ: de l’amour d'icelle. Canm I: n°11. Cône l’amour

alaquelle i'étois etemellemëÿprcdef‍lx‘né par m m'en:

celef‍ie. Ai»: que 'nf‍lir nm a cerf: nowb. De uâ: que mon ame defccndi: d_u ciel, pour entrer dans 1e cors.Î

Tout ceci ef‍l dur felon l’opiniô de: Platoniques. {:5 i‘m refu blejx’e’. 11 veut dire,qu‘il en :uoîtin ef‍lé vnc fou' blelTé,lo rs que premieremenzilla vit au acl.

Voici le bois, que ma sainte Angelette
Sus le printans anime de son chant,
Voici les fleurs que son pie va marchant
Lors que pensive elle s’esbat seulette.

Iö voici la prée verdelette,
Qui prend vigueur de sa main la touchant,
Quand pas à pas pillarde va cherchant
Le bel émail de l’herbe nouvelette.

Ici chanter, là pleurer je la vi,
Ici sourrire, & là je fu ravi
De ses beaus yeus, par lesquels je desvie:

Ici s’asseoir, là je la vi dancer:
Sus le mestier d’un si vague penser
Amour ourdit les trames de ma vie.

MVRET.

Voie“: 15.54.)" rememore les lieus auf l: i! auox' âcu (à damo,& digqu’Amour ne lui sermqelïede panic: en autre chofe. Ititbmdmitation de Perruque, Œmô 101mm”; qui :‘af‍lif‍i: en: (imlf‍if‍i m' nl‘müpuf‍là: au be‘li imi "W51 un.