Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/227

Cette page n’a pas encore été corrigée


ë ne mat-105534115. 189

an demeuré en telle mifeœ , ellel'e'va nuilèr, de tirer a l’eguille,e_n vne toile,tout le (011,410) lui auoit ef‍ié fa n: çe qu'elle f‍it.& apte: pria par f‍igue. me auure fem— me de ponter cette toile alamlnelaquel e npresnuoir par ce moien entéde le fait,fl_talenjeilleufem& cour— roucée,& delibera de s'en magnitude qu'on l'acti- f‍ioit a Bacclms . Progn'é :rouua'md‘de: querù û fœur,la ou elle émit ,_ 8c de la conduire Ennemi: iuf-

qu‘en fa chambre.l.a du route: deu: l'eyiùïdîf‍ie‘a leu- rer a chaudes laxmes,& l'vne par parolesJ'anüe . gnem deliberer de la vangcance . Surcea voici arriuer vn petit f‍il , que Progné auol: en de f‍in mari,qui (e nommait Irys,ou1tyle,lequel f‍i: pñntglui ' tendre les bras,lui voulâ: l'inter au col. Mais elle mène de courroux, lui palI'a vne epéeau mucgs du con': 8c l‘aiant detrancbé par piecef‍le'n f‍it me panic boullllr, ' l'aune rétinpuîs 3mm! Te’rée fe voulu: mettre a ta- ble,elle lui l'eruit e ce metsf‍iellemenç que le pere fe foula de la cher du ELSur le milieu du dxqerg'l l'e prend a demander,“ étoi: ltys,ne lâchant :gqu‘il en auoit def‍ia grande partie dans l'on cors . t lors ['e p'rel'ehta Phüomelegui iufqu’a ce pointla,s’étoir tenue cachée, a tenant entre {es mains la relie de l’enfant encore: toute fanglante,la rua contre la face du pere. Lequel alors conoiflàlltce qui émit auenu , lus effraie qu’on ne pourroippëferf‍icguainät l'on epfe, fe print a pour- fuiure les deus fœnrs.Mais ain qu'elles f‍lxioîent, ar le vouloir des dieus,Prosné fut changée en hlrôde e , 8: Philomele en rofsignolD‘ou cl} que les poètes dilènr, que l'hirondelle en l'on chant deplore la mon de fou f‍is:& le rofsignol l’outrage que Terée lui f‍it Voi Oui- de au f‍if‍iême des Metamorfofes. Du Thmciszc Te:

èc. Le: tamohlflg: querelles)“ complainten. ‘_


y