Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/225

Cette page n’a pas encore été corrigée


Or que Juppin epoint de sa semence,
Hume à long trais les feus accoustumés,
Et que du chaut de ses rains alumés,
L'humide sein de Junon ensemence:

Or que la mer, or que la vehemence
Des vens fait place aus grans vaisseaus armés,
Et que l'oiseau parmi les bois ramés,
Du Thracien les tançons recommence.

Or que les prés, & ore que les fleurs,
De mile & mile & de mile couleurs,
Peignent le sein de la terre si gaie,

Seul, & pensif, aus rochers plus segrets,
D'un cœur muét je conte mes regrets,
Et par les bois je vois celant ma plaie.

M V R E T. cr que uppùn.) Ildccrit le printans ,äl’mt qu’en'lz faifon, en laquelle toutes chofe: fe Vrcioù'if‍i'ent, ilde. meure foliaire 8c penf‍if en perpetuelle niñcf‍l'ç. or, ores. Q5 Inppinmrins de Vergile au fecond de: Geg orgiqucs, Ver-amen: nrn,o'gmîtaliafemina pofam: Tumpatnomnipotmxf‍immiù hymbrilzm :rbn' < Coniugù ingmnium In: defmxdn,o- 91mm Magma 4h: magna :omniamu rorpanfma.

La ou Scruc dit,que lupPiter fe prend pour l‘zr,& IuQ'

non pour la terre . Le fens ef‍i donc , que l’ær , comme épris d’une ardante amour de la terre ,‘lui verfé dans le l'ein vne pluie,qui cl} apte nla generation. Epoint) Piqué,chatouillé. Def‍ifememe.)Memfore prinl‘e des animaus,aufquels la femence,lors quelle el’l copieufe,

. excite le def‍ir d’engendrer. Hume 41m: nain luf‍iuq

«ouMmë:,)Dcuienz amoureux de la terrc,felon (a cott nuq.