Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/21

Cette page n’a pas encore été corrigée


parcideuant, & montrerai plus amplemét quelque iour, fi dieu fauorife a mes defleins , que i’ai dequoi tenir quelque ranc entre les letrés. Or quoi q Paie fait en cet endroit, Monfeigneur,ie l’ai

bié voulu dedier a l'amitié qu’il

vous a pieu me porter, depuis q ie fuis en cette vile:afin q la Fra- ce entende par mon moien, que vous elles vn des principaus,qui dans Paris fauoriîent au s efprits aians quelq marque de gétilefle^

p ovtraçjlif cszzd mvçh&v IçfxwMêi .

KccôsavJlçuç vn ïçcalt [wàç miçMaïït $ov&çJ\&‘ <roJpà $ Mcüii(Tiy,ccN\' â&CpH. Kuv 3 MoufH^v inoc^iov içfxmfa'riw,

Koua^oipcc Jiazriÿ 7ray TO> 0oVit ccQcQh- où fxluj hv AÀoy, àq2ixmUvhlvyL,

M&VTlOÇyH (XOCVTÏV, (*M&<rÙvCCÇ, ÏtQ>0V

ÏCô. Ai