Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/204

Cette page n’a pas encore été corrigée


Je voleroi comme un Cyne, aupres d'elle.

De ses deux rais aiant percé le flanc
J'empourpreroi mes plumes dans mon sang
Pour témoigner la peine que j'endure:

Et suis certain que ma triste langueur
Emouveroit non seulement son cœur
De mes soupirs, mais une roche dure.

M V R E T. ' .“ ÿ- Emmym.)hbfemde fadamejl f‍ianhéÊe‘ _ k I ' devenir Cync,dilänt qu'il (‘en voléroir vert du ' ‘ prcfenteroit droit dcuant (et eus , af‍in que îe: tes m'en [ortenglui PCIÇI. r lef‍lanc : 8: qn' t ain percé,“ teind‘roi: dans tbf‍iân tout (bn {gin ' ’ ‘ your lui faire entëdtela peùxe‘sjtf‍l . ' e, f‍i bien ctiwrcroit l'émuoiræpif‍lgagn'np’cf‍lqf‍icauf‍ii én- reqn'unrocher. ' ' '. " 3':

Si tu ne veux les astres dépiter
etc.