Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/201

Cette page n’a pas encore été corrigée



Où serf si doucement il est,

Qu’autre liberté lui desplaist.



Et bien qu’il soufre jours & nuis

Meinte amoureuse aversité,

Le plus crüel de ses ennuis

Lui semble une félicité,

Et ne sçauroit jamais vouloir

Qu’un autre oeil le face douloir.



Un grand rocher qui a le dôs

Et les piés toujours outragés,

Ore des Vens, ore des flôs

Contre les rives enragés,

N’est point si ferme que mon coeur

Sous l’orage d’une rigueur.



Car lui de plus en plus aimant

Les beaus yeus qui l’ont enreté,

Semble du tout au Diamant,

Qui pour garder sa fermeté,

Se romp plus tôt sous le marteau,

Que se voir tailler de nouveau.



Ainsi ne l’or qui peut tanter,

Ni grace, beauté, ni maintien,

Ne sauroient dans mon coeur enter

Un autre portrait que le tien,

Et plus tôt il mouroit d’ennui,