Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/198

Cette page n’a pas encore été corrigée


MLV R. ET.

Dimf‍i 14 1mm) ll mauditmqni la! fàilàn: le guet;

. l’empêchait d’aler de nuit verdi dame. Detmqmun. _

5 Dcfuoianç. Pbine'cJ’en a! def‍ia ramndhfahlç. l


J'irai toujours, & révant, & songeant
En la douce heure, où je vis l'angelette,
Qui d'esperance & de crainte m'alaitte,
Et dans ses yeus mes destins va longeant.

Quel or ondé en tresses s'allongeant
Frapoit ce jour en sa gorge nouvelette ?
Et sus son col, ainsi qu'une ondelette
Flotte aus zephyrs, au vent alloit nageant ?

Ce n'étoit point une mortelle femme
Que je vi lors, ni de mortelle dame
Elle n'avoit, ni le front, ni les yeus :

Donques, mon cœur, ce ne fut chose etrange
Si je fu pris : c'étoit vraiment un Ange
Qui pour nous prendre etoit volé des cieus.

M V R E T. rim' animera)“ ef‍l aifc' de foi. L’agdemJinf‍i e!) fouucntnommée Madame Lame patPen'arque.


Epovanté je cherche une fontaine
Pour expier un horrible songer,
Qui toute nuit ne m'a fait que ronger
L'ame effroiée au travail de ma peine.

Il me sembloit que ma douce inhumaine
Crioit, ami, sauve moi du danger,
Auquel par force un larron étranger
Par les forets prisonniere m'emmeine.