Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/195

Cette page n’a pas encore été corrigée


ve_m Îîf‍l .7


158 . LES AMovRs principaux de l'olt )fe prinr .1 pourfuiure Vlyn‘e , a; 1e mît en fume :mnis ainf‍i qu'il couroit apre: , Bacchm voulant rendre la pareille a AËamemnon,qui lui auoj: peu de iours deuâtfait vn tres eau ûcrif‍ice, f‍i: foudain naître vn fep de vigne deuant les piés de Telephe , qui le f‍it choirÆmnr cheu,Achf‍lle lui dôna vn grâd cou de hache en la cuin'e gauchc.Cc que nôtre auteur mg . me: a touché dans les Baechanalesf‍iiûut ainf‍i,

Telzphfmtüm (af‍in:

La mainf‍lvm -

Du armquilembnf‍il

{5nd a» millith hymne,

Contre me

ancp m2» Palmer}. Le conf‍lit dura iuf u‘a ce que la nui: cômî ni: chacun de fe retirer. Lelè' emain furêt enuoié: am ades de tous côtés,pour obtenir quelquestreues,durät lefquel- les,on peut enfèuelir les morue quifuz Icordé. Ce l5! pendant,quelqucs ca ica‘ine: Grecs param prochains de Telephe,s‘en vin rem vus 1ni,& s‘ef‍lans fait: co- noirreJui l'emmenang l'es— gent ancien: eu tort de f‍i durent: mœuoületf‍irecs, 1m" ne venaient la en intention de lemof‍l'enreudm {en ciné: pour ale: ver: Troie,vangerleruuif‍l'emêod’bhleue.'l‘elephe ré 6d, qu'en: meûnes en enoienba reprendre . 8c que s" r lui euf‍lëtenuoié ambaf‍l'ades pour l’admrtir qui il: croiêt, 8L “adroit l'occaf‍ion de leur entreprife, il fut venu «mm d‘eummiablement les recueillinAyres lu- f‍ieunproEJelnphe f‍i: crier afu gens , que nu ne fucplul f‍i did‘empécber les Grecs , ains qu’on les hîlf‍ir prendre terre alenr plaif‍ir. Parquni là lus— parf‍i du capitaines Grecs fom's de leurs nqu, u ré: trou- uer le Roi en 12m palais, 8: lui amenant deux excel— îä: mires,Machaon,6c Podnlyrief‍is d'AEfculape pour dôner ordre a {a plainte Roileur'f‍it de'trelbulu pre—

.;__LA-A «—

4...