Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/193

Cette page n’a pas encore été corrigée


Sans vivre en toi je tomberoi' là bas.
La Pyralide en ce point ne vit pas,
Perdant sa flame, & le Daufin son onde.

M V RE T. '

L’af‍ln af‍imldnt.)Les af‍lrologues,& indiciaires nent foign eufement garde a l’af‍lre afcédant d'm du; eun ,c‘ef‍l .1 dire a l’af‍ire, qui du côté de l'orient ,' mente fur l’horizon, lorsque cellui,duque1ils enquierent le def‍lin,vient a naître. Car ils tienent , ue de ce: alhe depend principalemëtl‘heurou le mal eur de l: per— fonueztellement qu‘ils le nomment feigneur de la na— u'uîte'. Nôtre auteur dit . que [on ante afceddant , lors qu’il nâqui: , croit dans les yeus de Caf‍l'andre: 8: quel tout ce qui ef‍i en lui depend des yeu'l,& no'n de l’af‍ite. On pourroit demandencommen: Î'ARI’C pouuoi: ef‍lrc dans l'œil de Caf‍l'andreJors qu‘il niquit , veu qu’elle n'était pas encores née. Mais l1 faut entendfe , r ue fe. Ion la f‍if‍lîô du poëte,elle auoit ef‍lélon tans aux cieus, pluf‍lôt qu’elle hâquit: comme i'ai touché fur le 80net, qui fe commance, Nam'tomm. sonf‍iu pn/agim.) Prefagir ef‍l fèntir le: chofes futures , deuan: u’elles a'uienent ; De ce verbe!!! 'deriu‘é le nom . pre agieul. L4 27'46“. )Pÿrdideqfontvpetîten belles volantes, qui oneqlmre piés, &fe treuuenr en l'lle de Cÿpre, aians telle nature,qu‘elles viuem dans le feu, a meu- rent, de; qu'elles s'en eloignent vn peu trop . Auteur Pline en l'vnf‍iême liure. Et le Dauf‍in [on onde. )Les Dagf‍ina meurent,dês qu'ils touchent lamel’line


De ton poil d’or en tresses blondissant
Amour ourdit de son arc la ficelle,
Il me tira de ta vive estincelle,