Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/168

Cette page n’a pas encore été corrigée


bæmentfe com plaindre,& foupixq. I: n bdiMlt;

f‍iinf‍i Horace, .-_. ‘_ odiprof‍imum wlgw,(r 4mn. u ‘ E: Petrarquç, H Canna bof‍impnf‍ilimridl 7m, (Le ri»: ilf‍itmaàg‘ I: urnpagugei bofcbi) Pnf‍iaggir 7»:in ingegnif‍lrrdi; Ïof‍ih i, _ pie/14 f‍lrmla nid ciel banf‍io f‍lnarritd. ' ' Le Loir. Kiuicrc,guixaf‍l'e Prés de Vandôme. Ctf‍lim. Nô de foref‍i. f‍inie. ur're peûtç riüierc.l.4 anun ne.Porcf‍i. Sabutpolline fertile en bons vins. '

Non la chaleur de la terre, qui fume
Béant de soif au creus de son profond :
Non l'Avantchien, qui tarit jusqu'au fond
Les tiedes eaus, qu'ardant de soif il hume :

Non ce flambeau qui tout ce monde alume
D'un bluëtter qui lentement se fond,
Bref ni l'esté, ni ses flames ne font
Ce chaut brazier qui m'enbraize & consume.

Vos chastes feus, esprits de vos beaus yeus,
Vos dous éclairs qui rechaufent les dieus,
Seuls de mon feu eternizent la flame :

Et soit Phoebus attelé pour marcher
Devers le Cancre, ou bien devers l'Archer,
Vôtre oeil me fait un esté dans mon ame.

MV'RET. Non kchtldm'f‍lï‘ .qne la ch gnñcfn‘il Iënt en M;

ne ptqcede d'autre part, uh'de‘s ’ ‘ au: yeux de dz- meJ‘màmkimJC’ef‍l q Boum glu: nqäè‘yar les Gilets rçomîbrœar - ,Whnk, .Anmanf, mais çn proie-5 ’CMIÀ :l D‘o ont‘ 6m