Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/165

Cette page n’a pas encore été corrigée


Lamente encor, pour le bien où j'aspire,
Ne suis-je heureus, puis que le trait pareil,
Qui d'outre en outre entame le Soleil,
Mon coeur entame à semblable martire?
Dea, que mon mal contente mon plaisir,
D'avoir osé pour compagnon choisir
Un si grand Dieu ! Ainsi par la campagne,
Le beuf courbé dessous le jou pesant,
Traine le fais plus leger & plaisant,
Quand son travail d'un autre s'acompagne.

MVRE17.;. ‘. . Siregrand Jm.)l‘aidir_M.qu‘Apol 7: 1' " moureus de Guf‍lhndre. L'mwshngqu‘ilffgf‍l n reus , d'auoir vn f‍i granddxed‘ pan comp‘lïgnond'a,




mours:& u "ne' luiæn‘ltïñbkümeonpÿl - creJi uq ün.)Apoüô;tèWMAl I ‘ once bäüm epizhete iMf‍lf‍lf‍iÉ' În ' 7': caummyu lactiqa" 40091an ' _ A“! I


N»ncium,cbmtrj;lym parental”? V V 1 _ z Tutu chof‍i: rauire,)Voi:;Ainf‍i Ôrjab‘ée, 'j‘ “f‍il KAGOî/‘àuhmvhçuîa ËXM ùtév;ovï'ô'm ‘ ".3

Ce petit chien, qui ma maitresse suit,
Et qui jappant ne reconoit personne,
Et cet oiseau, qui mes plaintes resonne,
Au mois d’Avril soupirant toute nuit:

Et cette pierre, ou quand le chaut s’enfuit
Seule aparsoi pensive s’arraisonne,
Et ce Jardin, ou son pouce moissonne,
Tous les Tresors que Zephyre produit:

Et cette dance, ou la fleche cruelle,