Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/159

Cette page n’a pas encore été corrigée


Que l'arme au poin je meure honnestement.

M V R E T.» Sur me: 1intam.)llell af‍in!!! defçn'.


Franc de travail, une heure je n’ai peu
Viure, depuis que les yeus de ma Dame
Mielleusement, verserent dans mon ame,
Le dous venin, dont mon cœur fut repeu.

Ma chere neige, & mon cher & dous feu,
Voiés comment je m’englace & m'enflame :
Comme la cire aus raisons d’une flame,
Je me consume, & vous en chaut bien peu.

Bien est il vrai, que ma vie est heureuse,
De s’écouler doucement langoureuse,
Dessous vôstre oeil, qui jour & nuit me point.

Mais si fault il que vôtre bonté pense,
Que l'amitié d'amitié se compense,
Et qu'un Amour sans frere ne croit point.

M V R E T. r Frm Je 17110417.) Depuis qu'll fut amoureus. il n'a . peu moi: vue feule heure de repos. Parainf‍i prieü l'a damç,d'auoir quelque égare a la peine qu'il foufre:c6— i felfant bien,qu’il eftttop heureux de lâguir pour elle: 1‘ mais la priant roluefois de penfer , qu'il ell mal ailë qu'vne amoureroxllèpu dure touf‍ioursf‍i elle n'eft re- dproquc,& mutuelle. Mief‍lœfmü.Douèemët.Leÿls

r. 1.1”

1min.Mnf‍i mefmes eü nommé l’amour par Verglle, . Ë F accultwm l'a/pire: ignmf‍if‍laqu "nana. - , 5' M4 cbmmge. Ce quaçrain en pria: d’û Sone: de Bébo,‘ c v Vum mi4 maman e lohvfm, ‘ 4 redemmn' in nggbidn‘in, oeuf in «coupe, ‘

Mcntnqual cm1 f‍idhnrtdborpif‍lamfo l .41 "En f‍ignof‘ni di rie «l pro,