Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/158

Cette page n’a pas encore été corrigée


Ë


s1## sm-u ïgya mkvgôn imbu: '

\ , .n Vergilc

Nf‍ilm bnpamiuu non me 4m cm2

‘ c un refm. ‘ ï, mm! 7»: nm en ni» cumureë.)Ainf‍i dit Tbe‘o';

ërite que le ûngler,par qui Adonis fut mortellement blcf‍l'é, émitamoureus de la beauté d’icelui. Vu: li- gueur.)l1nc veut pas dire bonnement.que ce fut fang, mais vnc liqueur ref‍lèmblâre a fangtou a tourle main: ,vn fang cclef‍le 8a dinin ,tel qu'Homere le dit couler des «lieus , lors qu'ils font blcf‍l'és . Comme parlant de chus blef‍lëe par Diomcdcs, -ÿîil'ëpf‍i;o-rav aËÏpa 61970 - Ixà;.3:a:n'ç 'n êËa/Mlàftm Ouïm. ou pècî-rov ïv‘ow‘, x'r mvu’ &‘AOon &va -r‘ à'mn' &vdpovïc à“, i, &Bha'roùakîov-mÿ En»: ainf‍i que d'Helme. ) Plinc dit que la f‍leur nom mée par les latins Inula,naquir des lnrm es d‘Helcn e: d'ou cf‍i que les Grecs l‘apellem, Helenium . Ainf‍i dit on,quc le lis naquit du lait de lunon. v

 

Sur mes vint ans, pur d'offense & de vice,
Guidé, mal-caut, d'un trop aveugle oiseau,
Ayant encor le menton damoiseau,
Sain & gaillard je vins à ton service.

Ores forcé de ta longue malice,
Je m'en retourne avec une autre peau,
En chef grison, en perte de mon beau :
& pour t'aimer, il faut que je périsse.

Helas ! Que di-je ! Où veus-je retourner !
En autre part je ne puis sejourner,
Ni vivre ailleurs, ni d'autre amour me paitre.

Demeuron donc dans le camp fortement :
& puis qu'au moins veinqueur je ne puis estre,