Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/157

Cette page n’a pas encore été corrigée


. ' 1- » . DE P‘.’ Dn-jgl‘o “1&5 R-n. .m lmmle 254011 entend‘vn petit tremblement de min: doucemét rcpouf‍l'ans le gorgerîn. Cyberimwcnerië. Neplu mmoin: que l»ppimef‍iaf‍i.)Hef‍iudc dix que les . Mures en chantanr,'& iouantdu luth, recrecnt l'el’pn: de Iuppitcr. '

Celle qui est de mes yeus adorée,
Qui me fait vivre entre mile trespas,
Chassant un cerf, suivoit hier mes pas,
Com'ceus d'Adon Cyprine la dorée :

Quand une ronce en vain enamourée,
Ainsi que moi, du vermeil de ses bras,
En les baisant, lui fit couler a bas,
Une liqueur de pourpre colorée.

La terre a donc, qui, soigneuse, receut
Ce sang divin, tout sus l'heure conceut
Pareille au sang une rouge fleurette :
 
Et tout ainsi que d'Helene naquit
La fleur qui d'elle un beau surnom aquit,
Du nom Cassandre elle eut nom Cassandrette.

(‘th qui. af‍in)! 1 raconte, cômen: nî'nf‍i qu'll aloi: chaf' fer vn ccrf‍ifn dème,quî l'e f‍ilîuoir; fut piquée d‘uñè ron ce:& que du [àng qui Ibrti: de Rm bras n fut {003m6— mcnr en gegdrée vne f‍leur.qui'eut nom. Caf‍l'ilndrette-

Q Com',) Comme. Tout ainf‍i que Venus fuiuoir A_don alanr a la chaire. 1mm)”, Venus. ' La Jeräla belle. Ainf‍i l‘apcilentlçs Grecs mon)“ mkl'lmut.Mîm—_ _ nenne, ' , ‘

a; {d‘âva nçnz‘av in; gui? äïçph'm. omerc,



r *»"