Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/138

Cette page n’a pas encore été corrigée


Apres ton cours je ne haste mes pas,
Pour te souiller d’une amour deshonneste,
Demeure donq. Le Locrois m’amonneste:
Aus bors Girés, de ne te forcer pas.

Neptune oiant ses bläsphemes d’abas,
Acabla là son impudique teste
D’un grand rocher au fort de la tempeste.
Le ciel conduit le meschant au trespas.

Il te voulut, le meschant, violer,
Lors que la peur te faisoit acoller
Les piés vangeurs de sa Greque Minerve:

Moi je ne veus, qu’à ta grandeur offrir
Ce chaste coeur, s’il te plait de souffrir
Qu’en l’immolant de victime il te serve.

MV R E T.

.Apm ton «un ) Pourfuiuànt fa dame , ac la yofang fuir,il tache a la retenir: ditänt qu’il ne la Poux-fui; u pour la violer : ain: lèules’nent pour lui rama" on ceux-,6 fon Plaif‍ir eftde le teteuoir. Le habit)" en. tend Aiaxf‍isd’Oilée, leguelpour anoir voulu viole: Caf‍l‘ànaregni f‍laiantla reur des Grecs , Paraîtra}. rée danÿ' le "mâle de Mineruef‍iinf‍i qu’il t’en retour- noit en Grece, t par la déef‍l'e foudroiézoommg raton te,Vergile au premier de l'EneideJl eut routebh e06 preferué de ce danger , t‘âlne fe fut prima 'Mgféer'

A difant qu'en deyit des diensil efchapanlt. Car loti

Neptune couronf‍ië printvn quartier de quelqu es ro- che“,er nommaient les rocher! Gyré: , 8c le lui hnca danshmerzaeanfe dequoif‍iien t6: rente nain. Voi Homere au nième del'Odyæ a: {5è} nageurs.) Les pie: Minerve , qui '

’°““38°:‘1“‘°"F'E“°Ï"°ËÉÊÈË '


A.M—n.