Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/135

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et comme il prend mon cueur dedans sa nasse,
Qui de pensée, à mon dam, l'entretient.

O le grand mal, quand une affection
Peint nôtre esprit de quelque impression !
J'enten alors, que l'Amour ne dedaigne

Suttilement l'engraver de son trait :
Toujours au cœur nous revient ce portrait,
Et maugré nous, toujours nous acompaigne.

MVRET.’ V ."- 1L

Deundesym. ) Il môtre pure"! exempÏe, que 'nf‍l Amour a vnefois engraué la beauté d’vne dam: n; le cœur d'vn amant,il et! imyefpiblegpres,qu'cllo s’q <‘ efface.


CHANSON.

D’un gosier machelaurier
J’oi crier
Dans Lycofron ma Cassandre,
Qui profetise aus Troiens
Les moiens,
Qui les tapiront en cendre.

Mais ces pauvres obstinés,
Destinés
Pour ne croire à ma Sibylle,
Virent, bien que tard, apres,
Les feus Grecs
Forcenés parmi leur ville.