Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/130

Cette page n’a pas encore été corrigée


Quand elle vit la Nymfe que j'adore
Tresser son chef, dont l'or qui jaunissoit,
Le crespe honneur du sien esblouissoit,
Voire elle mesme & tout le ciel encore.

Lors ses cheveus, vergogneuse arracha,
Si qu'en pleurant sa face elle cacha,
Tant la beauté des beautés lui ennuie :

Et ses soupirs parmi l'aer se suivans,
Trois jours entiers enfanterent des vens
Sa honte un feu, & ses yeus une pluie.

Mÿkf‍in

Def‍i: chelem.) O\u_clque fois,f‍in‘ le point du iour , li dame s'était mifc a la fcnef‍lre,étir encore tout: eche- uelée. Auint que le tans ,qui auparanât étoit cler 8: fe- rainfoudainement ('e changcmellement qu’il fçprita venrem cclaujer, a pleuuoir. Le Poète dit ,quc ce fut l’Aurore, qui voiant les choucas de Caf‍l'andre efh’e plus beau: âne les f‍ieumn eut honte, 8c dépit . Telle- ment, que efq rougeurfuren: engendrés les echirs: des foupirs, qu‘elle en getta, niquirent les vens = 8c la pleu mqq‘eu: en; repanärf‍iuenr œuf: de la pluie.


Aveques moi pleurer vous devriés bien
Tertres bessons, pour la facheuse absence
De cette la, qui fut par sa presence
Vôtre Soleil, ainçois qui fut le mien.

Las ! de quels maus, Amour, & de combien
Une beauté ma peine recompense !
Quand plein de honte a toute heure je pense,
Qu’en un moment j’ai perdu tout mon bien.