Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/125

Cette page n’a pas encore été corrigée


Et me faudroit un Saingelais encore,
Et ceslui la qui sa Meline adore
En vers dorés le biendisant Baif.

M V K E T. ’

Pour nltlvrtr. )ll dir,que pou; louerf‍idameg’l lui fau droit l‘efprir de quelquçs Poète; dg. gorge :âslefquel: il nomme. De: ajh'u deuef‍lm.) "33:51; lç: antes ("c (ont dépouillés de tout ce qu'il! auoient‘ Âèb'ea'ùJe laif f‍ins cfcoulerdans Calïandre. .Auu laf‍it'rnxÿgàgaf— connu Palma .) Ponrus Tbyard Mafconñoîl‘ .“ètg cxcellàr, aureut des Errçurs amolrrcufcs. L’eliñtpàüi. llcntêd loachun du Bellal. S_.:ingelau.Melhn de Sain. gclaxs,qni 8c en douceur} 8; en inaief‍lé de vers ,jôt in grandeur de ûuoir,a d'e bien ijn outre affé tous (en; qui dcuant lu: auciemccn’r en nguc ranconfc. La bimdlf‍im: 34;f.)1’.1idef‍ia parlé fou’ue’nrde un Amai— nc de Baïf‍imon frerc d’aliançemm': toutefois nô tan: l‘amitié que ie lui port: , comme la gentilelfe de fon efpri: me contraint cncor vn coup q temoigncr, qu'en la cnnolf‍läncc des langues Latinef‍ii‘cq'ue, 8c Franco'i l'e, en bonté d'cfprit, en honnef‍ieté de meurs,nôtre Prmcc en .1 bien peu qui l'egalenr. Dchuellcs chofèl donnent fuñ'lf‍imnaygument les fruits de (on efpritJef- quels Il produit ionmeljemengn‘aianr encor nain: le vinrcdcuf‍iême an de [on age.


Estre indigent, & donner tout le sien,
Se feindre un ris, avoir le coeur en pleinte,
Haïr le vrai, aimer la chose feinte,
Posséder tout, & ne jouir de rien :
Estre delivre, & trainer son lien,
Estre vaillant, & couharder de crainte,
Vouloir mourir, & vivre par contrainte,