Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/114

Cette page n’a pas encore été corrigée


L‘1nneHo hui mu, du val tontr' agni magre‘fnlf‍lwf‍l.


 
Les Elemans & les Astres, à preuve
Ont façonné les rais de mon Soleil,
Et de son teint le cinabre vermeil,
Qui çà ne là son parangon ne treuve.

Dès l'onde Ibere où notre jour s'abreuve,
Jusques au lit de son premier reveil,
Amour ne voit un miracle pareil,
N'en qui le Ciel tant de ses graces pleuve.

Son oeil premier m'aprit que c'est d'aimer :
Il vint premier ma jeunesse animer
A la vertu, par ses flames dardées :

Par lui mon coeur premierement s'aela,
Et loin du peuple à l'escart s'en vola
Jusqu'au giron des plus belles Idées.

I M Y R E T’ Le: elemqm.)ll dit que les elemens, 8e le: :thes.d’vn. commun accord, on: rêdu fa dame belle a perfcâion. vlpreuneJA qui miens . La merafore femble prinf:

des harnais. u: Mit de mon soleil,)Les beautés de ma dame, Le cinabre vermeil, )La couleur vermeille . Le cinabrc,duquel on vf'e auiourd’hui fe fait de ronf‍le , a d'argent vif bmlés enfcmble. Du l’ondellureùDeela mer occidentalereres font peuples d'Ef aigrie. tuf. gue: au lie de f‍im premier reueil,)lnfques au euanr. 7’!“— çe,) Abondamment pande. Infïuu giron influe; belles Ide’er.)1ufqu'a la ininité . Les laronjques dilbig en: en l'efprir de dieu ef‍lre certains eternels parlions. aâ prqeeaits de router chqfès.,lefgn_els il: nommäi'enl l c'es. ‘ ' '1‘“ _