Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/111

Cette page n’a pas encore été corrigée


nn v.- un nousnnn. 87‘

ables.P:rainf‍i Pindare au: PythieaJe nomme pere d e tous les Mu f‍icienle raconte ce! memeilles de foi, au’ Argonautiques (au moins f‍ic‘el't lui, qui les a faites dilant ainf‍i, ' <

En J" à'ugg f‍igura, k, ëyuæJuJ‘n’wn

1'! nM‘t. uni: 7| ,ul‘m‘J‘çll“ f‍igue.

K ou‘ «141.23 æeôêèiÿal 's't' à'vÀwi if‍ighmn,

n beau 7' {amegiæum 95g“ d"âïev-m M

zmiM/no; 190 am’çolf‍ltv âxvauëÿovnr 'I'm.

0mn? 'r'îlwnqmîn Bouillie: uærnigolo, ‘

Tagni'c Itmuäm, 'uî; J ixàeovn uîm'ir. t

Apolloine le temoigne aul‘si [ùrlc commenceraqu

des Argon au:iques:& mef‍ines dit,qu‘on voit enThra— ce quelques arbres arrengés en rond , qui le fuiuirene là , des le pais de Pierie.Les femme: de Thrace,parce que depuis la perte‘de fa femme Eurydice, il auoit toue' q le rue fe miuin en haine 81 horreur, fe muf‍inerent contre lui , s: vn iour , ainf‍i qu‘il chantoit , lui couru—

.rent fus, 84 le decliirerent en pinces. Voi Ouide en

l‘vnf‍iêmc de la Metamorfofe. PMan.)Prinee du neuf lyriques Grecs , lequel Horace dit ellref‍i excel—.

' lent, uc qui voudrait entreprendre de l'imiter,entre-

prcn roit vne chofe du tout i'mpofsibl: . Thomas f‍in- nommî le Maître Àgrammairien Grec raconte , qu’A- pollon l‘aimait tant,qu‘il lui enuoioit touiours pan tie des chofes , qui lui étoientof‍l'eneszac mefmesans facrif‍i ces publiques ,le Pref‍l’re l'apeloita haute vois, avenir difncr aueque: le Dieu . On dit , qu‘il f‍it vnv hymne en la louange du dieu Pan,:uquel le dieu princ li grand plaif‍ir , qu‘il le chantait lui-mel'me par les montai nes . uand les Lacedemonicns mirent a fac la ville de Thebes, ils lui porterent tel honneur, que iamais perlbnne ne voulut toucher a l'a mailon; deuant laquelle il auoit mis cc vers, I

gui».