Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/104

Cette page n’a pas encore été corrigée


M V R ET. . 4 bagne. 'nnx.) Contraint quelque fois de prendré con é de fa damc,& n'aianr pasle pouuoirde luidire Adieu,“ priegoute‘s les chofcgqu’il voit , de le lui dire tu l'on nom. Herbe: roujàianm.) Les Latins dirent; ‘ ofcidc ,ou rnrnlmn. anu blondnimnl) Couueuei de blés dcf‍ia meurs.


Voiant les yeus de toi, Maitresse elüe
A qui j'ai dit, seule à mon cœur tu plais,
D'un si dous fruit mon ame je repais,
Que plus en mange, & plus en est goulüe.

Amour qui seul les bons espris englüe,
Et qui ne daigne ailleurs perdre ses trais,
M'alege tant du moindre de tes rais,
Qu'il m'a du cœur toute peine tolüe.

Non, ce n'est point une peine qu'aimer :
C'est un beau mal, & son feu dous-amer
Plus doucement, qu'amerement nous brule.

O moi deus fois, voire trois bienheureus,
S'Amour m'occit, & si avec Tibulle
J'erre la bas sous le bois amoureus.

M VR ET. ‘ 70"an tuyau.) Ilprend f‍i grand plaif‍ir a voirlei

yeus de f‍i: da'me, qu’il nonne douce tout: la eine, qu'llfouf‍i'c cn aimant: a: dit mef‍ine,qu’il I'e ucn'dn trop heureus, f‍i Amour ef‍ilcaufe .de l'a mon. .4 gui rai 1158m1" mm nÿlaüJPn‘nl d'Ouide,

Eligepu' dira,” mibifnltphnr. Ainf‍ill’âtrlîr ue, J "A,

Co o e nm 'Mlar‘ 45 '

.A :u’io drf‍ii 7:1; nu N'-