Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/100

Cette page n’a pas encore été corrigée


M V R E T. _

muni m Imam yem. ) Sa vie 8c fa mon dependent des yeus de fa dame:parainf‍i dit 11, que quand ces yen: l‘auront côdâné a mourirjlveut ef‍lre enterré en uch lieu chamyef‍irepmbragcusf‍it a l'efeart,aueque ePiJ taphe tel comme il le decrit.Voi lacinquiême Ode du quatrième liure. .A Pumf‍lau, ) Aus chams Elyf‍ies. Dans 1» Cypn's.)[’arce_que c'ef‍l vu arbre m'f‍le, a: apte aus mors.Les andensledifoient cm: f‍iacre aPlnton,8ç quand. quelcun étai: mort dans hmaifou, ils metuîent des branches de Cy tés au dcuant . pour enkigne., Qu/and il: bruloien‘t l’e cors du mort, il: entoumoient tout le feu, de Cypœszcc qui fe’ faifoit , drt Van-on , de peur, que .la puanteur n’ofenf‍lt le: aûif‍ima . A cette caufc Virgile apellc, Fenlu afrqf‍i: . Ronce, Inui- fa. Ceneyiyamme. )Epigramme en Grec f‍inif‍ie tout: inkription.


Qui voudra voir dedans une jeunesse,
La beauté jointe avec la chasteté,
L'humble douceur, la grave magesté,
Toutes vertus , & toute gentilesse :
Qui voudra voir les yeux d'une deesse,
Et de nos ans la seule nouveauté,
De cette Dame oeillade la beauté,
Que le vulgaire appelle ma maitresse.
Il apprendra comme Amour rit & mord,
Comme il guarit, comme il donne la mort,
Puis il dira voiant chose si belle :
Heureus vraiment, heureus qui peut avoir
Heureusement cet heur que de la voir,
Et plus heureus qui meurt pour l'amour d'elle.