Page:Roger-Milès - Catalogue de tableaux modernes de premier ordre, 1897.djvu/80

Cette page n’a pas encore été corrigée


ROUSSEAU (THÉODORE) 99 — La Vallée de Tiffauge. C'est un marais de Vendée au bord d'une prairie ; un ma- rais d'une flore étrange, « aux végétations humides, et verdures aquatiques, qui poussent dans une communauté de mystère et de profusion ». Censier dit encore, à propos de cette toile admirable du maître : «  Le Marais en Vendée est une œuvre longuement tra- vaillée et peut-être plus longuement méditée. Rousseau s'y montra réaliste dans la plus large acception du mot ; sa contem- plation fit épanouir en lui des multitudes de pensées qui le jetèrent dans les mondes des créations occultes... Son marais, admirable morceau de peinture par la puissance des tons, la transparence des harmonies et le nerf du dessin, fait jaillir en nous une pensée plus profonde ; il s'v montre alchimiste, calcu- lateur et magicien. Tout dans ce marais sans voix devient un concert d'agitations insondables. Il a si fortement accumulé, dans une realité cristalline, ces genèses étranges où le peuple coassant n'est que le premier chaînon de la tamille des liqui- dités stagnantes, et où, derrière lui, se montrent des généalogies sans fin qui se détruisent pour se reconstituer, que j'y vois, bien plus réels que dans un froid et transparent aquarium, la vie intérieure des tourbières et des marécages. Je vois et je touche à ces myriades d'infusoires, moitié plante, moitié animal, à ces frontières de la vie que la main peut atteindre, mais où l'esprit descend comme dans les profondeurs des origines. » Ce tableau est une des œuvres les plus remarquables du maître. Signé en bas, à gauche : 1838. Toile. Haut. G5 cent. ; larg., i m. o3 cent. - — Exposé dans l'atelier de Jules Dupré. Vendu par lui à Baroilhet ( 1844). Collection Papeleu ( 1856). Collection du lieutenant-général Gœthals. Collection Peyrot ( 188 ). Collection Frédéric Ames, de Boston. Vente Laurent Richard.