Page:Roger-Milès - Catalogue de tableaux modernes de premier ordre, 1897.djvu/32

Cette page n’a pas encore été corrigée


CAZIN (JEAN-CHARLES) 14 — Le Chemin perdu. La route passe au milieu, bordée à gauche par la plaine où se trouve une meule lointaine : elle s'enfuit à l 'horizon, et se perd dans une courbe, marquée par le sillon des roues des lourds fardiers. A droite, une habitation coiffée de tuiles rouges. Sur le seuil, une vieille femme en bonnet, appuyée au chambranle de la porte et les deux mains agrippées à des cannes à béquille, interroge l'espace... Au ciel, que ponctue un vol d'oiseaux, des lueurs incertaines essaient de douces mélancolies, vers les- quelles montent des vapeurs qui s'envolent comme l'encens de la terre. Signé en bas, à gauche. Toile. Haut., 58 cent.; larg., 73 cent. CAZIN (JEAN-CHARLES) 15 —— Village de pêcheurs. En arrière d'un champ, que traverse un sentier, au bord duquel une paysanne est assise, sur un pli de terrain, les mai- sons s'alignent et s'étagent, toiturées de tuiles rouges ou brunes, en face' de la mer, et assistent au spectacle du soleil couchant. L'orbe de feu est à demi masqué dans la nuée, dont les couches successives sont bordées de clartés mourantes. Signé en bas, à gauche. Toile. Haut., 40 cent.; larg., 3i cent.