Page:Roger-Milès - Catalogue de tableaux modernes de premier ordre, 1897.djvu/22

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


temps qu'on vendait les œuvres, on entendit un écho des causeries qui avaient pris leur vol autour d'elles. C'est ce qui justifie, en tête du grand catalogue illustré de cette collection, les notules où j'ai dit, sinon tout le génie des maîtres, au moins l'amour ardent et sincère qui m'incline devant leur œuvre.

D'ailleurs, tout le monde ira la visiter, cette collection si bien garnie, qui aura été, je le répète, une manifestation éclatante et utile, où beaucoup d'artistes auront puisé une dette de reconnaissance envers l'homme de goût qui avait voulu en faire ses élus.

L. ROGER-MILÈS.

5 janvier l897.