Page:Robida - Le Vingtième siècle - la vie électrique, 1893.djvu/204

Cette page a été validée par deux contributeurs.



comment on se représente mme lorris en son cabinet de travail.

iii

Estelle Lacombe assiste à une dispute conjugale. — Bienfaits de la science appliquée aux scènes de ménage. — Autres beautés du phonographe. — La petite surprise de Sulfatin.

Estelle, qui passait toutes ses journées dans la maison Philox Lorris, ne voyait pas souvent Mme Lorris, occupée sans doute à son fameux livre de haute philosophie. Elle était au courant de la situation du ménage et savait qu’il y avait toujours eu, presque depuis leur mariage, divergence d’idées entre Mme Lorris et le savant à l’esprit impérieux et systématique. On voyait rarement ensemble M. et Mme Lorris, même à la salle à manger, l’illustre inventeur oubliant facilement l’heure des repas au milieu de ses immenses occupations.

Un jour qu’Estelle était occupée à rechercher un document dans une des nombreuses bibliothèques de l’hôtel Philox Lorris, où les livres et les