Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.



À

AUGUSTE RICHARD


C’est toi, mon cher Auguste, qui as eu la bonne fortune de retrouver le manuscrit original d’Acadie, que nous cherchions depuis longtemps, et que je croyais presque dispersé aux quatre vents du ciel. Et c’est toi qui m’en as confié le précieux dépôt. Tu as bien été l’un des plus ardents à favoriser le projet que j’avais formé de publier l’ouvrage de notre cousin, tel qu’il avait été conçu, et tel que nous le possédions enfin, je veux dire en notre belle langue maternelle. Si j’ai pu réaliser un dessein, cher non-seulement à notre famille, mais à tous les amis de la justice et de la vérité dans l’histoire, je le dois en partie à l’encouragement positif que tu m’as donné. C’est pourquoi il me semble convenable de t’en remercier ici, et d’inscrire ton nom au seuil d’un livre auquel tu t’intéressais à plus d’un titre, et que ta générosité m’a largement aidé à appeler à la lumière et à la vie.

Henri d’Arles