Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/430

Cette page a été validée par deux contributeurs.


APPENDICE V


(Cf. Chapitre Troisième)


ARCHIVES DU CANADA — ÎLE ROYALE, 1717.
M. de Costebelle, Gouverneur.


Série F. Vol. 134, p. 255.


MÉMOIRE


J’ay rapporté verballement le peu de disposition que j’ay veüe parmi les habitants françois de l’Acadie pour se venir établir sur l’isle royalle, tous ces soins que j’ay peu me donner jusqu’à présent pour les y déterminer n’ont eus qu’une foible réussite et je ne prévois pas que l’advenir produise rien de certain sur ce sujet, ainsi il ne panse pas qu’on doive se donner des grands mouvements pour les y engager, ces peuples sont naturellement lants et peu accoutumes à des grands travaux tels qu’il en faut pratiquer pour défricher des terres aussi boisées que celles de l’isle royalle, il pourroit se détacher dans la suitte des nouvelles tiges des anciennes familles qui insensiblement peupleraient ce nouveau pais mais cet objet me paroist bien éloigné, il conviendroit beaucoup mieux de permettre aux soldats de se marier et de leurs donner des terres à mesure qui se présentera des bons sujets pour les faire valoir ; pour précépitter cette peuplade, il faut leurs accorder leurs congé et quelque médiocre gratiffication soir en argent ou rations en vivres pendant deux ans, car dans la première on ne se peut guère mettre en état de subsister de son travail, ce dernier moyen est le plus seur et le plus convenable.

Je joins dans cette feuille les lettres que jay écrittes aux missionnaires des habitants françois de l’Acadie, (en copie) de mesme que celles que jay receues de leurs part, au retour du Père Dominique nostre envoyé du port Dauphin pour estre informés au juste de la disposition de ces peuples encor ne peut on pas beaucoup compter sur les relations des religieux qui pallient ces sortes d’affaires et les rapportent toujours à leur politique spirieuelle.


De Costebelle.