Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/426

Cette page a été validée par deux contributeurs.



APPENDICE III


(Cf. Chapitre Troisième)


ARCHIVES DU CANADA — ÎLE ROYALE, 1712-1716.
M. de Costebelle, Gouverneur.


Série F. Vol. 133-A. p. 415.


CONSEIL
à Louisbourg ce 7 Septembre 1715.


Le Conseil assemblé sur la demande de Monsieur Soubras, Commissaire Ordonnateur à l’Isle Royalle, par ordre de Monsieur de Saint Ovide de Brouillan, Lieutenant de Roy, commandant en l’absence de Monsieur de Costebelle, pour délibérer sur le Mémoire présenté par le Révérend Père Dominique Supérieur dans cette Isle des Récollets de la Province de France, et grand Vicaire de Monseigneur l’Évesque de Québec.

A esté d’avis qu’il convenoit au bien du service d’envoyer un bâtiment au plustost à l’Acadie pour tâcher par négotiation d’obtenir que les habitants françois qui seront en disposition de passer sur cette Isle ayent la liberté de le faire, que ne pouvant point cette année disposer à cet effet du « Semslack » occupé aux transports nécessaires dans les changements de Postes de cette Isle, et « l’Affriquain » devant arriver trop tard pour pouvoir remplir cette mission, la frégatte la « Mutine » commandée par Monsieur le Chevalier de Coursy, mouillée dans ce havre, paroissoit seule propre à cette expédition, soit par les qualitez du bâtiment, soit par les facilités qui se trouvent de la mettre en peu de jours en estat d’entreprendre ce voyage.

Que pour ne point la risquer il falloit trouver auprès des Anglois quelque prétexte pour authoriser sa mission, dont le premier doit être l’entier désaveu que les officiers de cette garnison doivent faire de la part du Gouvernement françois de cette isle, des hostilitez commises par les sauvages, en remettant au commandant anglois l’ordre que Monsieur de Costebelle a fait courir parmy ces nations barbares.

Le second, la permission que l’on demande de remplacer le Missionnaire qui manque aux Mines par la mort du Révérend Père Bonnaventure que pour cet