Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/357

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 325 ]

capitaine Marin d’en tenter une autre, l’année suivante, laquelle aboutit également à un échec [1].

La décadence de la France, qui avait commencé vers la fin du règne de Louis XIV, s’accentua sous la Régence, pour se consommer sous Louis XV, et aboutir à la grande catastrophe qui devait marquer sa ruine finale ou sa régénération. La décadence n’était pas seulement dans l’ordre économique, mais aussi, mais surtout peut-être dans l’ordre moral ; et elle influait en particulier sur les vertus guerrières traditionnelles de la nation française : ces vertus avaient subi l’effet de l’ambiance générale ; elles s’étaient amollies,

  1. « Au mois de janvier 1745, 120 canadiens et environ 400 sauvages, sous le commandement du lt. Marin, furent détachés pour se rendre à l’Acadie, et se joindre aux troupes de M. de Gannes, autour de Port-Royal. » Ferland, t. II, ch. xxx, p. 462. Parkman dit que cette expédition décampa le 26 de mai 1745. Cf. A Half-Century, t. II, ch. XX, p. 127. Hannay, p. 337. Murdoch. Vol. 2, ch. vi, p. 74 : « In the beginning of May, a rumor came to Annapolis that there was a body of 300 Canadians and 300 Indians at Mines, with several officers, etc. This party was commanded by Mr. Marin, a lieut. from Canada. They came to the vicinity of the fort at Annapolis during May… This party had spent the winter at the head of the bay of Fundy ; and after three weeks spent in the neighbourhood of Annapolis, where there success was confined to the surprise and capture of the two Boston trading schooners, they received a request from M. Duchambon, sent by express, begging their aid to come to his relief, he being then heavily besieged… » Marin, comme Duvivier et de Gannes, envoya des réquisitions : « The written orders issued by Marin, copies of which have been preserved, are about 20 in number… They very much resemble the orders issued the previous summer by Duvivier : Indeed they seem at once cruel and ludicrous ; cruel in their menacing language… » Le sieur Marin mourut le 29 octobre 1750, à la Rivière-au-Bœuf, au cours d’une expédition qu’il faisait au nom de M. Duquesne.

    Cf. Akins, p. 156-7-8, les Délibérations du conseil du gouverneur Mascarène, pour enquêter sur la conduite de quelques Acadiens à l’égard de l’expédition du Sieur Marin. Cf. Arch. du Canada, Île Royale, Corr. Gén. 1744, vol. 26, c. 11 : November 27, 1744. Louisbourg. M. Duchambon au Ministre. « M. de Beauharnais ayant résolu d’envoyer 50 Canadiens et 50 sauvages en Acadie, et comme ceux-ci doivent arriver là en janvier, je leur enverrai l’ordre d’y demeurer jusqu’au printemps. » Fol. 90, 4 pp.