Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/352

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 320 ]

réduire à une profonde misère. Nous n’attendons pas moins de votre obligeance, et vous prions respectueusement de nous croire, Messieurs,

Vos très humbles et très dévoués serviteurs, au nom des cantons ci-haut mentionnés.

Jacques Leblanc
Pierre Leblanc
François Leblanc
Renné X Grange l’aîné
Claude Leblanc
Jacques Terriot
Antoine Landry
Pierre Richard l’aîné
Joseph X Granger
R. Leblanc.

Mines, oct. 10, 1744 [1].


« Nous avons, dit Beamish Murdoch, au moins douze réquisitions de la nature de celle-ci, (citée plus haut), émanées de Du Vivier, dans lesquelles il commande nommément aux Acadiens de venir s’enrôler sous son drapeau, de fournir tant de chevaux et d’hommes pour les conduire, de lui remettre des cornes à poudre, de lui envoyer des députés qui prêteront serment au nom de tous, de lui procurer des échelles, des piques, des haches, des pelles, des bestiaux, du

  1. Akins, p. 135. — À la page suivante, le compilateur reproduit la réponse que fit de Gannes à cette requête : M. Alex. Bourg, Notaire, aux Mines. Messieurs, par considération pour vous, je veux bien agréer votre demande. Signé : De Gannes. Oct. 13, 1744.

    Dans le MS., Richard fait remarquer que Pierre Richard, l’un des signataires de la requête, était le « frère de notre ancêtre, René Richard, venu au Canada après la déportation. » (Feuillet 246 du MS. original d’Acadie).