Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/308

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 276 ]

Il fut donc convenu de les rappeler devant le conseil, pour leur apprendre à quelle détermination celui-ci en était venu, et pour leur enjoindre de se préparer à partir à la plus prochaine occasion.

« Ces deux prêtres réapparurent donc pour entendre la lecture de leur sentence : leur attitude était toujours aussi insolente que la première fois ; ils demandèrent à s’asseoir, signifièrent qu’ils n’entendaient pas être traités comme des criminels, qu’ils n’avaient pas à s’occuper de choses temporelles, et finalement s’exclamèrent : « Nous n’avons point d’ordres à recevoir ici ! » — Après qu’on leur eut rapporté leurs paroles et exposé leur manière d’agir, qu’on leur eut prouvé que leur conduite tendait manifestement à se soustraire à l’autorité de Sa Majesté et au pouvoir civil de ce gouvernement, pour ne relever que de leur propre juridiction, ordre leur fut donné de s’en aller au presbytère et d’y rester clos, ainsi qu’il a été dit ci-dessus ; ordre fut également donné de leur faire tenir l’article 14 du traité d’Utrecht. [1] »

  1. Parkman, qui, on l’a vu, accepte généralement sans les discuter les documents colligés par Akins et ne voit rien en dehors de là, s’est prononcé contre les abbés de Chauvreulx et de St-Poncy, et contre tous les missionnaires français qui ont fait du ministère en Acadie, après la conquête anglaise ; il les a représentés comme des agents de la France : « At all the Acadian settlements, he (le gouverneur de l’Isle Royale) had zealous and efficient agents in the missionary priests… These were not only priests of the Roman Church, they were also agents of the King of France ; and from first to last they labored against the British government in the country that France had ceded to the British Crown… When two of their number, Saint-Poncy and Chevereaux, were summoned before the Council at Annapolis, they answered with great contempt : « We are here on the business of the King of France. » They were ordered to leave Acadia… The political work of the missionaries began with the cession of Acadia and continued with increasing activity till 1755… » A Half-Century of Conflict. Vol. I, ch. IX, p. 200-1.

    Cf. dans Beamish Murdoch, vol. I, ch. LVII. Toute cette histoire des démêlés des abbés Chauvreulx et St-Poney avec Armstrong. Le chapitre se termine par