Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/209

Cette page a été validée par deux contributeurs.


CHAPITRE CINQUIÈME


Administration de Richard Philipps, 1720-1722. — Proclamation ordonnant aux Acadiens de prêter le serment d’allégeance ou de s’en aller dans l’espace de quatre mois, sans rien emporter de leurs biens. — Les habitants se décident pour cette dernière alternative. — Désappointement de Philipps. — Nouvelles omissions du compilateur Akins. — Les Acadiens entreprennent d’ouvrir un chemin pour effectuer leur départ. — Philipps ordonne la suspension des travaux. — Prolongation du délai d’abord fixé. — Cajoleries pour retenir les habitants. — Lettre importante du Secrétaire d’État Craggs. — Parkman


En 1720, le général Richard Philipps, qui en réalité était déjà depuis près de trois ans gouverneur de la Nouvelle Écosse, vint à Annapolis prendre charge de sa province. Il était revêtu de plus amples pouvoirs que ses prédécesseurs ; et sa haute situation dans l’armée donnait encore du poids et du prestige à son autorité.

Philipps le prit d’abord de très haut avec les Acadiens. À peine était-il arrivé qu’il lança une proclamation leur intimant l’ordre de prêter serment sans réserve, ou d’évacuer le pays dans un délai de quatre mois, sans pouvoir emporter aucun de leurs biens ni en disposer à leur gré. Voici le texte de cette étrange proclamation :


G. R.


« Par son Excellence Richard Philipps, Escuyer, Capitaine Général et Gouverneur en Chef de la Province de sa Majesté la Nouvelle Écosse ou Accadie, etc.