Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/191

Cette page a été validée par deux contributeurs.


venant de ces derniers sont si rares qu’il aurait dû s’empresser de les recueillir et de nous les communiquer, tant en justice pour eux que pour nous permettre de porter un jugement motivé sur les événements auxquels ces documents ont trait. Force nous est donc de suppléer aux lacunes de cette étrange compilation.

Ainsi, aux Colonial Records, section de la Nouvelle Écosse, tout à côté des pièces qui ont été reproduites par Akins, se trouve la formule du serment qui fut proposé par le major Caulfield à l’acceptation des Acadiens. Cette formule est diverse : Nous donnerons d’abord celle à laquelle les habitants des Mines furent pressés de souscrire[1] :

« Moy A. B. Je promes sincèrement et Jure que je veu Estre fidelle et tenir une véritable alegence à Sa Majesté le Roy George. »

« Insy aide moy Dieu. »

Et ce serment accompagné d’une lettre de ces mêmes habitants en réponse au message que Caulfield leur avait fait transmettre par Capoon et Button :


« Messieurs,

« Pour satisffaire a ce que Vous nous auez fait L’honneur de nous publier mercredis dernier ; Et pour la Réponce du quelle nous Vous auons prier de nous donner jusque a dimanche dernier, dans Lequel Temps nous nauons peut Exécuter ; Ce a quoi nous nous estions Engagé, Veu que plusieurs ne Voient Rien par Escrit Et seulement de vive voix Et ne Sachant pas mesme positivement De quoy Il s’agisait ; Se… sont Retourné chez eux sans faire aucune Reponce ; nous auons L’honneur de Vous dire que L’on ne

  1. Nous respectons l’orthographe originale