Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/181

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il est évident, d’après ces pièces, qu’une vive animosité régnait entre Nicholson et Vetch, et nous savons de source certaine que cette animosité avait pour cause la convoitise. Vetch, de Londres où il se trouvait, cherchait à supplanter Nicholson, en s’appuyant sur les rapports des principaux officiers d’Annapolis, rapports qu’il transmettait aux membres du Bureau de Commerce. Et en même temps il s’efforçait de démontrer à ceux-ci qu’il comprenait mieux que le gouverneur les véritables intérêts du pays et qu’il était l’homme nécessaire dans les circonstances. Il serait curieux de connaître quelles réponses Nicn opposait à de pareilles accusations, car il n’a pas subi de tels assauts sans y riposter d’une façon qui a dû être fort dommageable à la réputation de son concurrent ; et les arguments ne pouvaient lui manquer, puisque Vetch, en 1706, avait eu à subir un procès devant la Législature de Massachusetts, et qu’il fut condamné à payer une amende de deux cents livres sterling pour avoir procuré aux Français des munitions de guerre, for having supplied the French with ammunition and stores of war[1].

À juger de la querelle entre Nicholson et Vetch par ses

  1. « On returning to Boston, Vetch was arrested, committed to prison on a charge of trading with the French and Indians, enemies to the Government, and fined £200. » — Journal of the voyage of the Sloop Mary , p. XIX, cité dans International Review, nov. 1881, p. 468, au cours d’un article sur Vetch, et intitulé An Acadian governor, par James Grant Wilson. Le journal auquel est empruntée la citation avait été tenu par un membre de l’équipage du Sloop, John Maher. Le Sloop “Mary”, aux ordres de Vetch, faisait de la contrebande : en échange d’armes et de munitions, il rapportait des boissons, etc., que le maître vendait à grands profits à New-York. Mais les officiers du gouvernement découvrirent la fraude. — Vetch, qui était né à Edinburg, le 9 déc. 1668, mourut en Angleterre, le 30 avril 1732, emprisonné pour dettes. — Cf. Dict. of Nat. Biogr. vol. XX. New-York, 1909, art. Vetch.