Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/168

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 136 ]

l’espérance qu’on les retireroit au printemps. Que plusieurs avaient construit des bateaux pour le transport de leurs familles et de leurs effets ; qu’il y en avait dix prêts à naviguer dès qu’on leur aurait envoyé les agrès [1]… »

M. Bégon [2], par sa lettre du 25 septembre 1715, marque «que le Père Justinien (Durand), missionnaire récollet au Port-Royal, lui a marqué que tous les habitants françois de l’Acadie ont pris la résolution d’aller s’établir à l’Isle Royale, à quoi une Lettre Pastorale de M. l’Évêque de Québec[3] a beaucoup contribué… Les Anglois font tout ce qu’ils peuvent pour retenir les François, non seulement en

  1. 20. Conseil de Marine, 28 mars 1716.

    Archives du Canada. Île Royale, 1712-16. M. de Costebelle, gouverneur. Série F. vol. 133-A, p. 409. Mémoire à Messieurs de Costebelle… et de Soubras. — Fait à Louisbourg, ce 7 septembre 1715. Signé : Jean Dominique de la Marche, etc.

  2. Michel Bégon, huitième Intendant de la Nouvelle-France, était parent de M. de Pontchartrain. Il avait été nommé intendant en 1710, mais il ne put se rendre à Québec avant le mois de septembre 1712. Il posa en 1720 la première pierre des fortifications du Cap Diamant ; en 1724, il accorda à M. de Lanonville le privilège de tenir les postes pendant vingt ans, entre Québec et Montréal ; et lui imposa en même temps un tarif gradué sur les distances : ce fut la première institution postale du pays ; c’était un homme intègre et un collectionneur. Il fut remplacé en 1726 par M. Dupuy. Avant sa nomination comme intendant, Bégon avait été inspecteur général de marine et ordonnateur au département de Rochefort. Sa femme était, une sœur de M. de Beauharnais, qui avait été intendant, et du marquis de Beauharnais qui fut plus tard gouverneur-général. En janvier 1713, du 5 au 6, un violent incendie détruisit de fond en comble le palais de l’intendance, dans lequel M. Bégon et sa famille venaient à peine de s’installer. La lettre citée ici se trouve au Conseil de Marine du 28 mars 1716. — Bégon a été l’objet de bien des critiques de la part de ses administrés.
  3. Mgr Jean-Baptiste de la Croix Chevrières de Saint-Vallier, né à Grenoble en 1653 ; sacré évêque de Québec en 1688, en remplacement de Mgr de Laval, dont il était le vicaire-général depuis 1685. Il fonda en 1693 l’Hôpital Général de Québec, où il mourut dans la nuit du 25 au 26 décembre 1727.