Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/153

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cette citation est tirée de la préface même du volume compilé par les soins de Akins pour répondre au vœu exprimé par la Chambre d’Assemblée de la Nouvelle-Écosse. Et c’est au même endroit que nous cueillons ce qui suit :


« L’année suivante (1858), le Lieutenant-Gouverneur fut autorisé par la Législature à demander au Bureau des Archives de l’État, en Angleterre, des copies de toutes dépêches ou de tous documents dont nous pouvions avoir besoin pour compléter notre collection, ainsi que le commissaire des archives eu avait fait la recommandation. »


Le 4 avril 1859, le même Lieutenant-Gouverneur, par un autre vote de la Législature, avait faculté de se procurer, auprès du Gouvernement du Canada, copies de tous papiers des Archives de Québec, se rapportant aux temps primitifs de l’Acadie, — copies of such papers in the Archives of Quebec as related to the early history of Acadia.

Akins continue : « En 1864, ce travail de compilation était si avancé qu’au delà de deux cents volumes de manuscrits avaient été recueillis, arrangés, catalogués et reliés, lesquels comprenaient un choix abondant de documents coloniaux provenant du Bureau des Archives de l’État, à Londres, et du Bureau des Archives de Québec, qui les avait obtenus des Archives de Paris. En 1865, la Législature référa le rapport annuel du commissaire des Archives à MM. S. L. Shannon, J. Bourinot et A. G. Archibald. Et ces messieurs recommandèrent la publication « d’un volume de documents pu-

    Assembly « to procure, from the State Paper Office, in England, as recommended in the report of the Commission of Records, copies of any dispatches or documents that may be found necessary to complete our files. »Id. Ibid