Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/142

Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ 110 ]

« Nous avons remis à Monsieur de Clignancourt les copies de trois ordonnances de Monsieur Watche a rendu et dans le moment que nous avons l’honneur de vous escrire, nous apprenons qu’il vient d’envoyer aux Mines et à Beaubassin, nous ne sçavons pas encore ce qu’il y a envoyé faire, mais nous sommes persuadés qu’il n’aura pas plus d’égards pour les habitans de ces quartiers qu’il en a eu pour nous. « Nous vous prions, Monsieur, d’avoir égard à notre misère et de nous honorer de quelques-unes de vos lettres pour notre consolation, en attendant que vous puissiez nous fournir les secours nécessaires pour nous retirer de ce malheureux pays :

Nou sommes avec bien du respect, » etc [1].

  1. A. C. Amérique du Nord. Acadie. Corresp. générale, 1709, 1711, F. 122. — Lettre escrite par les principaux habitons du Port-Royal à Monsieur le marquis de Vaudreuil en datte du 13 novembre 1710.