Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome 2, 1916.djvu/61

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de neutralité, qu’ils durent croire comme un droit consacré par un long usage. »

Les Acadiens assuraient invariablement qu’ils se reconnaissaient comme sujets fidèles du roi d’Angleterre ; mais que l’obligation de porter les armes contre leurs compatriotes répugnait à leurs plus légitimes sentiments ; que, si l’on consentait à accepter un serment semblable à celui qu’ils avaient prêté, ils seraient heureux de rester dans le pays, et de garder en toute circonstance une conduite qui fût conforme à leurs engagements.

Pendant que toutes ces négociations se poursuivaient, l’on pense bien que l’inquiétude et l’agitation allaient grandissant dans les centres français. Ferait-on justice à leur demande ? Partirait-on ou non ? Beaucoup se préparaient à le faire ; le plus grand nombre ne le voulaient pas sans en avoir reçu l’autorisation expresse du gouverneur. Les Français occupaient toujours la partie nord de la Baie de Fundy ; à un mille et demi du village de Beaubassin, ils érigeaient un Fort qu’ils nommèrent Beauséjour [1]. De grands efforts étaient tentés par l’Abbé Le Loutre et les Français pour induire les colons Acadiens, particulièrement ceux qui étaient établis près de cette frontière, à émigrer de leur côté.

La conduite arrogante et injuste de Cornwallis commen-

  1. Cf. A. C. (1894) Nova Scotia. 1749. Dec. 1. Albany. John II. Lydieus to Corriwallis. « Sur l’ordre de M. de la Jonquière (gouv. du Canada) le chevalier de la Corne s’arrêta à un endroit nommé la Butte à Beauséjour, qui donne sur le fond de la Baie Française, et y bâtit un fort… Ce fort se trouvait sur la partie la plus étroite de l’isthme, qui sépare la Baie Verte de la Baie de Fundy, et qui unit la terre ferme avec la péninsule de la Nouv.-Écosse. »

    Ferland. T. II, ch. 34, p. 498. Garneau II, ch. III, p. 194.

    Cf. A. C. Corr. Gén. 1749, vol. 93. M. de la Jonquière, gouv. M. Bigot, Int. c. II. De la Jonquière au Ministre. Québec, Sept. 9, fol. 130, 4½ pp.